© Okapi 38 (2013)


Accueil
Essais Scooters
Accessoires
Documentations Techniques
Forum
Tmax-Mania
Carte des radars
en France
Prototypes
Occasions
Cote de l'Occasion
Coûts Entretien
Tuning Scooter
Galerie Babes
Le T-Max sur circuit
Concentres et Balades
Moto Tour
GP de France
Galeries Wallpapers
Skins Winamp
Images 3D Bryce
Mes Liens
Humour et Jeux
Livre d'Or
Livre de Commentaires
Statistiques
Me Contacter
 

Visiteurs depuis
le 06/12/2002

Recherche personnalisée

Suzuki nous dévoile ce que sera peut-être le 2 roues de demain..... Le G-Strider.


. En présentant le G-Strider au 37ème Motor Show 2003 de Tokyo, Suzuki crée l'évènement avec ce prototype époustouflant à plus d'un titre. L'approche de la conception ergonomique pied en avant typique des scooters GT est ici complétée par un niveau sans précédent de technologie de l'information et d'aide électronique inédit sur un deux roues.

. Voyons un peu d'abord ses caractéristiques :.

Longueur totale : 2 445 mm.
Largeur hors tout : 710 mm
Hauteur hors tout : 1170 mm
Empattements de : 1800 mm
Hauteur de selle : 615 mm

Pneu avant : 140 / 60 x 17
Pneu arrière : 220 / 40 x 18

Cylindrée : 916 cm3
Bicylindre en ligne transversal
Quatre temps. Quatre soupapes par cylindre
Refroidissement liquide

.Voila à peu près tout ce que Suzuki a divulgué au niveau des chiffres de la bête. On sait aussi que la transmission s'effectue au moyen du système "SEVT" (Transmission variable continue commandée électroniquement) déjà installé sur le Suzuki Burgman 650, mais doté pour cet engin, d'un 6ème rapport en mode manuel.

. Le freinage est lui assuré par 3 disques pincés par des étriers à 4 pistons couplés à un ABS de dernière génération.
Le fuselage... pardon, je voulais dire le carénage peut s'adapter au bon vouloir de son propriétaire. Ainsi, le pare brise, le guidon, la selle, les reposes pieds, le dosseret sont réglables électriquement aussi bien en hauteur qu'en profondeur pour le pilote, alors que le passager est traité de façon plus spartiate. Le dosseret du passager peut néanmoins se rabattre complètement et protéger la selle tout en améliorant le bon

profilage et l'esthétique générale de la machine. L'électronique est bien sur omniprésente, affichage digital rétro éclairé au

Vue du poste de pilotage (Cliquez pour charger en 800x500)

guidon, écran digital électro-luminescent, logé sous le pare brise et capable d'afficher aussi bien un écran d'auto-diagnostic intégré que les informations données par le système de navigation par satellite (GPS), etc....



L'affichage de l'auto-diagnostic


La position de conduite est pour le moins curieuse....
Il est vrai que le gabarit de la charmante présentatrice est probablement assez menu ! Mais la position me paraît tout de même très allongée. Bien sur, cette disposition abaisse sensiblement le centre de gravité et le coefficient de pénétration dans l'air, mais j'ai quand même pas mal de craintes pour les lombaires des pilotes. Suzuki veut peut-être faire la fortune des kinés

Cette position de conduite n'est en tout cas vraiment pas étudiée pour taquiner le chrono, ni même pour circuler en ville ou dans les virolos de montagne, mais plutôt pour cruiser à bonne vitesse sur les grands rubans des autoroutes. L'empattement démesuré et l'angle de braquage de la roue avant (apparemment limité) abonde également dans ce sens.


Une vue rapprochée de la superbe jante arrière de 18" et de son pneu de 220 de large.

On distingue bien la couronne du capteur du système anti blocage de roue (ABS)

On peut aussi apprécier la qualité de finition de l'ensemble et du carter de la transmission finale. abritant probablement une cascade de pignons comme sur le Burgman 650.


L'avant hyper acéré et agressif du G-Strider abrite un éclairage inédit et innovant sur un 2 roues.

. En effet, le phare central est équipé d'une lampe à décharge haute tension offrant une puissance confortable. Ce phare est assisté de deux autres projecteurs latéraux orientables et commandés par l'angle de braquage de la roue avant.

. Les clignotants sont confiés à une batterie de LED à haute luminosité.
. Le bloc de feux arrière utilise la même technique et intègre également deux mini caméras permettant la rétrovision, relayée par deux écrans intégrés au poste de pilotage de part et d'autre du guidon.


Gros plan sur le bras de suspension oscillant taillé dans un bloc d'alu.

. Les deux disques au profil "marguerite" très en vogue actuellement sur les nouvelles machines...

. Ici, on peut apprécier le faible débattement directionnel de la roue avant... Gare aux ronds-ponts étriqués et aux épingles à cheveux en montagne !!! Et ne parlons pô de demi tours et de maniabilité en ville.

J'ai lu aussi dans un article de Moto Revue que Suzuki a installé un lazer dirigé vers l'avant, qui permettrait d'ajuster en temps réel la suspension avant selon le profil et l'état de la route.... Réalité ou science-fiction !!!?


Le tableau de bord et sa batterie de boutons de commande. On distingue un des écrans de rétrovision encastré dans le carénage.
 
L'imposant pneu arrière. Apparemment, Suzuki a pensé à équiper le G-Strider d'un frein de parking. Les pots d'échappement sont superbes.
Gros plan sur les afficheurs numériques du tableau de bord
Cliquez sur la vignette pour charger la photo en 800x600

 

Voila, le rêve est fini, il faut refermer les portes du salon... Snifff !
Espérons quand même que nous verrons un jour des engins aussi aboutis cruiser sur nos routes.
Recherche personnalisée